Sommaire du journal N°133 - Mars/Avril 2015

Chers lecteurs,

Il n’y a plus qu’un seul canton sur l’île, les cantons du Château et de Saint-Pierre, qui existaient depuis 1801, étant supprimés, démographie oblige. Le nombre des cantons en Charente-Maritime est ainsi passé de 51 à 27 qui éliront, les 22 et 29 mars prochains, pour six ans, 54 conseillers départementaux – et non plus généraux même si, pour l’instant du moins, les compétences, à dominante sociale, ne doivent pas changer. Ce qui changera en revanche, c’est la composition de ces conseils, les femmes y entrant en force. La loi du 17 mars 2013, qui a organisé le scrutin qui sera majoritaire à deux tours, a prévu la parité intégrale, les candidats devant se présenter en binôme, une femme, un homme. Il y aura donc 54 conseillers départementaux, 27 hommes, 27 femmes, alors que le conseil général actuel ne compte que 7 femmes sur 51 conseillers généraux !

La lutte sera chaude dans l’île d’Oléron où il faudra vraisemblablement attendre le second tour pour sélectionner le binôme, quatre binômes étant en lice. Notons que pour accéder au second tour, les candidats devront avoir obtenu les suffrages de 12,5% des électeurs inscrits.

On appelle abusivement marée du siècle la grande marée du 21 mars dont le coefficient sera de 119 alors que le plus fort coefficient du siècle, 120, est prévu pour le 25 mars 2073. Il n’empêche que le marnage sur les côtes de l’île (la différence de hauteur d’eau entre la pleine mer et la basse mer) sera de quelque six mètres ! Le 21 mars, aux environs de 5h15 et 17h30, la hauteur d’eau sera de plus de six mètres cinquante alors qu’elle ne sera que de 0,20 m aux alentours de 11h15 et 23h40, ce qui fera le bonheur des pêcheurs à pied qui auront tout intérêt à abandonner leur loisir avant de se laisser surprendre par la marée montante... Mais pour que cette grande marée soit dangereuse, il faudrait qu’il y ait, comme pour Xynthia en 2010, alors que le coefficient n’était que de 102, une forte tempête avec des vents qui avoisinaient les 160 km/h, ce qui avait entraîné la submersion. En fait, ce n’est pas la grande marée que l’on doit craindre mais la conjonction avec celle-ci d’une tempête accompagnée de vents violents.

C’est dans la crainte d’une submersion que le maire de Saint-Georges, échaudé par la catastrophe de Boyardville, y a fait installer un énorme boudin en plastique de 80 cm de haut et de 700 mètres de long. Le coût de 60 000 euros a fait reculer les élus de la communauté de communes qui n’ont pas voulu accorder un centime à Saint-Georges. 

Il est certain que cette utilité ou non du boudin ne manquera pas d’être instrumentalisée dans un sens ou dans l’autre lors de l’élection des conseillers départementaux, au lendemain même de la grande marée.

Claude Fouchier

Recette du chef

Jardin

Dernière minute

Ile d'Oléron

Château-d'Oléron

Saint-Trojan-les-Bains

Grand-Village

Dolus-d'Oléron

Saint-Pierre-d'Oléron

Saint-Georges-d'Oléron

La Brée-les-Bains

Saint-Denis-d'Oléron

Histoire

Livres

Petites annonces

Accédez aux autres sommaires
Année : Numéro :



Boutique
18.15 € L'île d'Oléron vue d'en haut

Commander

Le produit a été ajouté au panier

Voir mon panier


Rendez-vous