Sommaire du journal N°145 - Mars/Avril 2017

Chers lecteurs,

On ne voudrait pas être à la place d’Anthony Peleman, le médiateur désigné par le préfet de Charente-Maritime pour éclaircir le débat sur le théâtre d’Ardoise. Ce médiateur est directeur d’AEM 17, une association d’enquête et de médiation habilitée par la Cour d’appel de Poitiers et spécialisée dans les violences faites aux femmes et aux enfants... On ne voit pas très bien quelle médiation il pourra exercer dans cette affaire où deux défenseurs de l’environnement s’affrontent car Jean-Marc Chailloleau, l’ostréiculteur et conteur  surnommé l’ostréiconteur, est indéniablement un défenseur de son marais, et Monique Vidalenc qui a largement fait ses preuves à la tête de la SPPIO, la Société de protection des paysages de l’île Oléron.

Troisième figure de ce débat, un autre écologiste, Grégory Gendre, le maire de Dolus, ancien militant permanent de Greenpeace, qui soutient mordicus le théâtre d’Ardoise et qui a convaincu tous les maires de l’île de demander au préfet le «maintien du théâtre d’Ardoise sur son site actuel non délocalisable». Au prix d’une petite entorse à la législation sur l’environnement...

La seule interrogation dans cette affaire est qu’on se demande pourquoi la présidente de la SPPIO, pourtant prompte habituellement à saisir le tribunal administratif, ne l’a pas fait dès 2011. La raison, me semble-t-il, est que, vraisemblablement, certains membres de l’association ne souhaitaient pas être à l’origine d’un recours qui avait toutes les chances d’aboutir à l’interdiction du théâtre dans un site naturel labellisé Natura 2000. Le «simple» signalement à la préfecture permettait à la présidente de transmettre la «patate chaude» au préfet sans déroger aux principes de l’association. Ce qui n’a pas empêché la démission de plusieurs de ses membres...

La lettre cosignée par les maires cache mal le fait que l’animation culturelle sur l’île, l’été, est d’une indigence manifeste que nous déplorons régulièrement dans notre journal depuis 25 ans.

«Les Estivases», l’animation du théâtre d’Ardoise, propose, chaque été, une programmation éclectique modeste mais de qualité. De plus Jean-Marc Chailloleau ne demande aucune subvention. Du pain bénit pour les élus qui se dédouanent ainsi de la recherche pourtant nécessaire d’un évènement culturel de prestige à la hauteur de la réputation de l’île.

 

Certains s’étonneront que nous accordions une large place au récit de la rencontre émouvante de notre journaliste Karine Vaucelle avec Christelle De Hert, la mère de la jeune Alexia, assassinée il y a un an. Ce que nous constatons, c’est que le meurtrier, en tuant la jeune fille, n’a pas fait qu’une victime. Il en a blessé très gravement d’autres. Et c’est ainsi presque tout le temps : on oublie trop souvent que les proches des victimes sont aussi des victimes.

Claude Fouchier

 

Dernière minute

Ile d'Oléron

Château-d'Oléron

Saint-Trojan-les-Bains

Grand-Village

Dolus-d'Oléron

Saint-Pierre-d'Oléron

Saint-Georges-d'Oléron

La Brée-les-Bains

Saint-Denis-d'Oléron

Nature

Histoire

Petites annonces

Accédez aux autres sommaires
Année : Numéro :

Boutique
6 € N°147
Juillet/Août 2017

Commander

Le produit a été ajouté au panier

Voir mon panier


Rendez-vous