Saint-Trojan-les-Bains - N°145 - Mars/Avril 2017

Quel avenir pour le terrain du groupe Emeraude ?

Acheté en 2004 par le groupe Emeraude pour y construire un casino, le terrain face à la mer est aujourd’hui désespérément vide. La mairie a refusé un certificat d’urbanisme et a conseillé au propriétaire d’attendre la révision du PLU pour savoir ce qu’il serait possible d’y faire.

Après l’ouverture l’année dernière du casino du groupe Arevian à la place de l’ancien cinéma, le terrain situé face à la mer qui devait accueillir un établissement de jeux reste désespérément vide. Et, avec le «porté à connaissance» présenté par la préfecture dans le cadre de la révision du plan de prévention des risques naturels, il risquait d’y rester longtemps puisqu’il était alors classé inconstructible. Classé en zone de loisirs, il pouvait jusqu’alors accueillir un établissement de jeux, notamment. Dans le cadre de cette révision, la préfecture a fait le tour des différentes communes de l’île pour présenter le zonage qui pourrait, à terme, être retenu. Saint-Trojan était particulièrement condamnée à ne plus rien pouvoir faire en matière d’urbanisme avec notamment toute une frange de terrain en front de mer qui devenait inconstructible… et qui remettait de fait en cause deux projets d’envergure. Ainsi le terrain appartenant au groupe Emeraude, pressenti un temps pour construire un casino, devenait quasiment inconstructible. De plus, de nombreuses prescriptions étaient mises en place pour le site de l’ancienne colonie de vacances de Limoges mis en vente. Face à ces conditions, la ville de Limoges avait suspendu les discussions pourtant déjà bien entamées avec des promoteurs qui envisageaient de réhabiliter les lieux. «Finalement, après discussions, j’observe que les services de l’Etat ont tenu compte des projets en cours et à venir, sans négliger pour autant la prise en compte de l’aléa. Pour notre commune, on s’en tire de façon relativement satisfaisante», souligne Pascal Massicot, le maire. Il semblerait donc que le terrain du groupe Emeraude soit de nouveau constructible dans une très large partie. Reste maintenant à savoir ce que comptent en faire les propriétaires. Outre un casino, la zone UL est destinée à accueillir des constructions à caractère commercial, hôtelières ou para-hôtelières ainsi que des équipements de service, de sports ou de remise en forme et les logements de fonction qui leur sont liés. «Je n’en sais rien, affirme le maire. Je sais juste que le terrain risque d’être à nouveau classé en zone de loisirs.» A noter que le tribunal administratif de Poitiers a, lors de son audience du  2 février dernier, annulé le certificat d’urbanisme du 30 août 2014 par lequel le maire avait déclaré que la construction d’un équipement para-hôtelier n’était pas réalisable. Le tribunal administratif a jugé que, d’une part, la mairie n’avait pas suffisamment motivé son refus et que, d’autre part, elle n’avait pas pris en compte les travaux de surélévation du terrain. Ce chantier écartait alors toute atteinte à la sécurité publique contrairement à ce que soulignait la municipalité. Le groupe Emeraude qui, suite aux recours successifs de voisins et de la SPPIO, avait vu ses espoirs de construire un casino s’éloigner, voulait par cette demande de certificat d’urbanisme s’assurer que le terrain était toujours constructible. «J’ai bien évidemment refusé ce certificat d’urbanisme en conseillant par ailleurs au groupe Emeraude d’attendre la prochaine révision du plan local d’urbanisme qui arrivera, après celle du plan de prévention des risques naturels, pour présenter un projet pour ce lieu.»
 
Photo : Lors de la Fête du mimosa, le terrain a accueilli les nombreux camping-cars. (© Philippe Gala)

 

Commentaires des internautes
Il n'y a pas de commentaire.
+ ajouter un commentaire

optionel, pour être averti de la publication

 

Boutique
16.15 € Les Aravis vus d'en haut

Commander
6 € N°149
Novembre-Décembre 2017

Commander

Le produit a été ajouté au panier

Voir mon panier


Rendez-vous