Courrier des lecteurs - N°128 - Mai/Juin 2014

Implantation d’un restaurant Mac Do

De M. Jean-Pierre Bois [Angers], propriétaire à Saint-Georges

«Je souhaite réagir au sujet de la pétition contre l’implantation d’un MacDonald’s à Dolus. L’installation d’un MacDo viendra défigurer l’île, pétitionnons contre, et tout est dit. Il y a pourtant bien des questions qui méritent d’être posées. Quel est l’objet de la pétition ? Est-ce l’architecture ? Une atteinte de plus à l’environnement, à la qualité des paysages et à la qualité de la vie sur l’île ? Un hectare supplémentaire de béton ? Ou bien est-ce une pétition contre la malbouffe ? La malbouffe de MacDo n’est pourtant guère différente de la bouffe de la moitié de l’île en juillet-août. Ou bien est-ce un accès d’anti-américanisme, MacDo étant une cible symbolique facile ? Ces questions sont légitimes. Je comprends cette pétition, mais je ne comprends pas pourquoi il n’y a pas eu de pétition contre tant d’autres projets récents ou actuels ayant également un impact direct sur notre île. La construction d’Iléo, à quelques centaines de mètres au plus du futur MacDo, a défiguré le paysage. L’implantation, dont on parle, d’un centre commercial de plus à Saint-Pierre, après celui dont l’architecture et le parking en face du vieux château de Bonnemie sont une injure grave au caractère de l’île, viendra elle aussi remplacer les champs par du béton. Et pourquoi pas de pétition contre la station d’essence et de lavage de voitures au rond-point entre Dolus et Ors, où pas même un emploi n’est créé puisque tout y est intégralement automatisé ? La liste serait longue… Et qui est visé par la pétition ? MacDo, entrepreneur qui fait ses affaires partout où il le peut ? Ou l’ensemble des autorités (administratives, territoriales, techniques… je n’en connais ni le détail, ni la hiérarchie, ni les responsables directs) qui autorisent cette installation ? Ne nous trompons pas de cible. Ce n’est pas à MacDo, c’est à l’ensemble de ceux qui rendent possible l’installation d’un MacDo qu’il faut s’en prendre.

Ce que moi, Oléronais à mi-temps, je souhaiterais, c’est empêcher simplement que continue cette défiguration inlassablement poursuivie de l’île. Mais je ne peux que me réjouir pour les Oléronais à plein temps de voir des activités implantées sur l’île. J’aimerais voir un MacDo, pourquoi pas, mais dans une maison oléronaise. Une activité fast-food a autant de légitimité que toute autre, et répond à des besoins de tourisme – même si l’on peut regretter que le touriste se nourrisse de sandwichs, pizzas ou big-macs. Elle crée de l’emploi, et même s’il est principalement saisonnier comme partout dans l’île en juillet et août, on ne peut que s’en féliciter. Mais on peut exiger que cette implantation ne se fasse pas dans un béton sans âme, sur le modèle uniforme de tous les MacDo de France. De nouvelles activités sont souhaitables, mais elles ne doivent pas être destructrices de ce qui fait l’attraction de l’île. Là est le seul combat à mener.»



Réponse de la rédaction – Nous consacrons un article sur ce sujet dans ce numéro (pages 24 et 25). Vous pouvez lire, également, les nombreux commentaires des internautes sur ce sujet sur notre site www.jdpoleron.info.

 
Commentaires des internautes
jacquemin - le 12/09/2014 à 17:03
Très belle réflexion, oui il serait temps d'arrêter que les élus se permettent du tout et du n'importe quoi sur l'île d'Oléron et la préserver, mais Mac Do, en plus d'être une mal bouffe reconnue, laisse surtout beaucoup de déchets sur son passage, sans parler de l'éthique de la vie de ses animaux avant de finir en hamburgers!! L'impacte psychologique a donc été plus fort cette fois que pour les autres constructions et la mobilisation plus grande
+ ajouter un commentaire

optionel, pour être averti de la publication

 

Boutique
7.90 € L'île d'Aix vue d'en haut

Commander
6 € N°148
Septembre/Octobre 2017

Commander

Le produit a été ajouté au panier

Voir mon panier


Rendez-vous