Château-d'Oléron - N°109 - Mars/Avril 2011

Création d’un collectif de défense des activités de la pêche de loisirs

Depuis plusieurs mois, l’Association des plaisanciers du port du Château se mobilise pour faire abroger l’arrêté préfectoral, pris en juillet 2010, interdisant la plupart des activités, notamment la circulation des personnes, dans la réserve naturelle de Moëze (JdP n°108). Après avoir fait circuler une pétition et incité le conseil municipal à signer une motion dénonçant cet arrêté, l’association a organisé, à la mi-février, un débat public pour informer la population sur cet arrêté mais aussi sur la mise en place prochaine du parc naturel marin.
Près de 800 personnes, selon les organisateurs, se sont entassées dans la grande salle de la citadelle pour s’informer sur l’avenir, notamment, de la pêche de loisirs dans la réserve de Moëze et sur Oléron en général.  «Notre souhait, explique Roger Ducoté, le président, est la suppression de cet arrêté qui interdit toute activité dans cette réserve. Lors de la soirée, Didier Quentin, le député, a téléphoné au préfet pour l’informer de notre mécontentement. Le préfet lui aurait alors assuré que l’arrêté serait annulé. Or, le lendemain, ce n’était plus du tout le même discours. Aujourd’hui, cet arrêté est toujours applicable. Nous devons rencontrer le sous-préfet dans le courant du mois de mars et restons vigilants sur ce sujet.» D’autant que deux jours avant la tenue de cette réunion publique, la Direction départementale des territoires et de la mer a confirmé les termes de cet arrêté et son maintien. L’autre point abordé lors de cette réunion a été le projet de parc naturel marin. En présence de M. Colas, chef de mission pour la mise en place de ce PNM, Roger Ducoté a insisté sur le refus de sanctuariser des aires marines et réfute toute idée de réduction des activités de pêche.
«Il est nécessaire de préserver une activité ancestrale, familiale, sociale que d’aucuns remplaceraient volontiers par des visites guidées et des séances de diapositives. Les Oléronais sont fatigués des décisions qui sont prises sans leur avis comme s’ils étaient des quantités négligeables.» Pour les personnes présentes, plaisanciers, pêcheurs professionnels, ostréiculteurs, commerçants, chasseurs... la mise en place de ce PNM risque de remettre en cause une partie non négligeable de l’économie de l’île. C’est pourquoi un collectif oléronais de défense des activités de la pêche de loisirs s’est formé à l’issue de cette réunion.
«Notre objectif est que toutes les personnes impliquées dans la vie économique oléronaise fassent pression sur les pouvoirs publics pour le maintien de cette activité.» D’autres réunions publiques devraient se tenir dans les semaines à venir «ne serait-ce que pour informer le public de nos actions auprès du préfet».
Commentaires des internautes
Il n'y a pas de commentaire.
+ ajouter un commentaire

optionnel, pour être averti de la publication

 
 

Boutique
7.50 € N°172
Septembre/Octobre 2021

Commander

Le produit a été ajouté au panier

Voir mon panier


Rendez-vous