Dernière minute - N°149 - Novembre-Décembre 2017

Abandon du projet d'écotaxe ?

Le 9 décembre, Dominique Bussereau, président du Conseil départemental de la Charente-Maritime, a annoncé que le rapport sur l’instauration d’un droit de passage sur le pont d’Oléron, qui devait être soumis au vote lors de la session d’hiver, était retiré des débats. Les conseillers départementaux auraient dû se prononcer sur l’instauration de l’écotaxe entre les 18 et 22 décembre prochains. Dominique Bussereau estime qu’il faut se donner le temps de la réflexion avant de se positionner sur un projet demandé par la Communauté de communes de l’île d’Oléron. Si le président Bussereau, plutôt favorable à cette écotaxe, parle juste de report, pour Mickaël Vallet, maire de Marennes et conseiller départemental, le retrait de la délibération «acte la fin de projet d’écotaxe et le maintien de la gratuité du pont».

Deux jours après la décision de Dominique Bussereau de retirer la délibération pour l’installation d’une écotaxe sur le pont d’Oléron, Pascal Massicot, président de la CdC de l’île d’Oléron, fervent partisan de ce droit départemental de passage, ne peut cacher sa colère. Dans un communiqué de presse, il parle d’humiliation pour le territoire.
 
«Une poignée de caciques, d'une droite en déliquescence, s'adaptant au gré des processus électoraux, confortée par un groupe socialiste à la recherche d'une existence, vient de décider de l'avenir de notre territoire. Oléron devient une colonie. Ils ont fait le choix de la livrer en pâture sans aucune considération pour les Oléronais ! Intérêt personnel sans panache, toujours en quête de mandats, est devenu la règle de certaines et certains (Sylvie Marcilly, Michel Doublet, Jean-Pierre Tallieu, Gérard Pons, Robert Chatelier...).
Les élus oléronais, par un vote majoritaire historique, ont courageusement dit oui à l'instauration d'une écotaxe sur le pont d'Oléron, après 23 ans de gratuité. Nous avons patiemment attendu trois ans pour que le Département ne se décide enfin à voter l'instauration du droit départemental de passage, comme à Ré ou à Aix. Nous avons accepté l'idée d'un référendum, finalement annulé par les juges administratifs. Nous avons participé à l'étude d'impact économique qui nous a encore fait perdre une année pour conclure de l'intérêt évident pour l'île et plus largement de la Charente-Maritime. Cette patience et cet esprit de collaboration nous sont jetés au visage avec la violence de l'indifférence. J'apprends par la presse et le communiqué laconique du président Bussereau que le vote du conseil communautaire de décembre 2014 est tout simplement ignoré !» 
 
Le président Massicot regrette l’absence de débat de l’assemblée départementale et estime que «la décision démocratique oléronaise est bafouée. La démocratie départementale nous est confisquée. La loi instaurant l'écotaxe, modifiée grâce aux efforts du député Bussereau, confirmée par le Conseil constitutionnel en mai dernier, est piétinée par ce refus de la majorité départementale.»
Commentaires des internautes
Daniel Guyot - le 11/12/2017 à 16:34
A vouloir monter les uns contre les autres voilà le résultat : Massicot n'a que ce qu'il mérite : un désaveu, qu'il ne vienne surtout pas se plaindre !!!
Jaby - le 11/12/2017 à 16:37
Merci Mr Bussereau pour cette initiative en espérant que ce péage sera définitivement abandonné car totalement injuste quoiqu'en dise Mr Massicot
Jacques Brenet - le 11/12/2017 à 16:56
M Massicot se déshonore en utilisant des mots et un style méprisable .

Il parle de démocratie, mais tout le monde n'était pas invité à voter, y compris les résidents secondaires - dont je suis - et qui paient, au centime près , les mêmes impôts que tout autre résident .

Jacques Brenet
Uliana - le 11/12/2017 à 17:40
Pour moi la démocratie serait que tous les propriétaires de maisons dans l'île soient traités
avec égalité.
bouland - le 11/12/2017 à 17:54
Etre élu c'est prendre des décisions et non pas se planquer derrière des dossiers et experts pour reporter la décision. Honte à vous Bussereau vous injurez les Oléronnais.
IMAZIGHEN - le 11/12/2017 à 18:34
Monsieur MASSICOT parle de démocratie, il oublie la population qui n'avait son mot à dire. De toute façon le projet n'aurait pas été accepté car la majorité des élus départementaux étaient contre.
M. BUSSEREAU sentant le vent venir a préféré abandonner plutôt que de subir un camouflet qui aurait entamé son image d'élu? Par ailleurs, certains élus de l'île doivent en ce moment manger leur chapeau. Le roi du château devrait abdiquer.
marie - le 11/12/2017 à 18:46
Quelle honte!!!M.Bussereau, nos élus n'ont pour souci que leurs propres intérêts! riez mais jaune chers électeurs..démocratie bafouée.Je suis partisante du péage et résidente secondaire nous n'avons pas d'autre moyen de protection et d'entretien de notre île puisque nous ne pouvons compter que sur nous-mêmes tous nos politiques nous lâchent.
Boyer - le 11/12/2017 à 18:47
Entièrement d'accord tout les propriétaires à la même enseigne. Les maisons secondaires payent les impôts comme les autres . En sachant ils sont sur l'île moins de 6 mois dans l'année. Sans les touristes , les propriétaires des maisons secondaires l'île D'Oleron .....? Serait pauvre...
Parpaillon joseph - le 11/12/2017 à 18:50
Merci Mr Bussereau.
La démocratie n'existait pas dans ce dossier. Les propriétaires de maisons secondaires qui paient des impôts sans l'utilisation de bon nombre de services, se trouvaient exclus du vote...
Antoinette - le 11/12/2017 à 18:53
Fidèle à son habitude M. Massicot manque d’objectivité quand il dit que « La démocratie départementale nous est confisquée et que la Loi est piétinée par ce refus de la majorité départementale ».
En réalité c’est aux Conseillers départementaux qu’on a confisqué le droit de se prononcer…
Parce que c’est bien à eux qu’appartient la décision d’instaurer ou non le DDP et cela sans aucune obligation de répondre favorablement à la demande des Communes des îles concernées.
M. Massicot a une idée bien à lui de la démocratie et de l'interprétation des Lois !
MULLIEZ EMILE - le 11/12/2017 à 18:57
Bien fait !
Si Monsieur Massicot souhaite une décision démocratique il est impératif que les résidents secondaires puissent s'exprimer et ne soient pas plus taxés que les résidents à l'année...
chris - le 11/12/2017 à 19:03
Cela n'est que justice, Enfin une décision respectueuse des touristes et des résidents secondaires qui ne viennent pas là uniquement pour être taxables. Espérons que ce n'est pas que partie remise.
Jean Pierre Mary - le 11/12/2017 à 19:10
Monsieur Massicot devrait avoir un peu plus de retenue et de modestie, lui qui a renié ses engagements de campagne concernant l'installation des filières ostréicoles dans la baie de la Malconche et cela devant "3 braillards à gros bras"
C'est pourtant un combat écologique qui en vaut la peine et qui continue sans lui. Quand au financement de projets sur l' île d 'Oleron, il y a suffisamment d'économies à faire dans l' administration de l' Île ....... Mais il faut avoir un peu de courage........
Mr LATAPIE-BRIAN - le 11/12/2017 à 19:23
Merci Mr BUSSEREAU j'avais d'énormes difficultés à accepter de payer pour mettre mes clés sur la porte de ma maison (Rce secondaire à St denis) Honte aux élus qui ont soutenus cet impot et qui sont faciles avec le portefeuille des autres.
Michel Murbach - le 11/12/2017 à 20:14
M. Bussereau a enfin passé ce projet indigne au massicot !
Pourtant ce bon monsieur Massicot était obligé, il l’a dit, de taxer les résidences secondaires. La loi, la bonne ( celle qui lui convient ) lui interdisant de les exonérer de cette taxe. Interdisait-elle de compenser par la réduction des impôts locaux de la même somme ? Il n’a même pas dû y penser.
Il y a bien une solution, économiser sur les frais de gestion de la communauté de communes.
Quand un particulier voit son budget diminuer, il est prié de réduire ses dépenses. Mais là, ne rêvons pas !
Philippe RENAUD - le 11/12/2017 à 20:38
Mr MASSICO parle de démocratie ?
C'est tout à fait étonnant lorsque lui même la bafoue. Il peut maintenant utiliser toute sa verve et ses grands mots. Les commerçants de l'Ile, très au fait justement de ce qui est bon pour l'Ile d'Oléron et les Oléronnais étaient très loin d'être favorables dans leur grande majorité à ce projet. Il en a fait fi, comme il l'a fait pour les résidents secondaires comme moi, et pourtant, je paie mes impôts comme les autres.
On récolte ce que l'on sème.
Guillaume - le 11/12/2017 à 21:13
Une nouvelle démonstration que nos élus sont souvent déconnectés du terrain, des préoccupations des citoyens et dépourvus de tout scrupule !
Comment voulez vous obtenir un consensus pour instaurer un péage lorsque vous acceptez que des familles vont payer des montants différents pour franchir ce pont uniquement par que vous faites la différence entre résidence principale et secondaire ! Il me semble que les propriétaires de résidence secondaire payent des impôts et contribuent à financer les infrastructures.
Jacques Cerbelaud - le 11/12/2017 à 21:53
Merci à Monsieur le Président BUSSEREAU et à toutes et tous les Élus qui se sont opposés au projet de péage.
C'est oublier trop facilement l'équité des résidents
permanents ou secondaires devant la fiscalité. Sans les
résidents secondaires, les Élus demandeurs de l'écotaxe
ne disposeraient pas de tels moyens ficnanciers et seraient plus économes dans leurs investissements démesurés.
Colombani Françojse - le 11/12/2017 à 21:55
Les résidents secondaires sont enfin pris en considération ! Merci, ma famille et moi qui venons sur l'île depuis 1971 vont ainsi pouvoir continuer à jouir sans servitudes supplémentaires de cette terre que nous aimons tant.
vassort michel - le 12/12/2017 à 00:02
voila quelque chose de normal , en tant que résidents secondaires , nous payons des impôts au même titre que les résidents permanents , merci monsieur BUSSEREAU
Dupuy - le 12/12/2017 à 18:35
Le communiqué de mr Massicot est sectaire et plein de hargne.Tous ceux qui ne sont pas d’accord avec lui sont rejetés,tels des chiens galeux. Bel exemple d.autocratie de ce monsieur,donneur permanent de leçons.
Oui le projet d’ecotaxe doit être rejeté car il est anti-démocratique et injuste:il ne respecte pas l’egalité du citoyen devant l’impôt.
Pour que l’ecologie progresse,elle ne doit pas être perçue comme punitive.Elle doit faire l’objet de larges consultations démocratiques,ce que mr Massicot ne supporte pas.
manou - le 13/12/2017 à 08:57
Mr Massicot parle de démocratie ???? Où la voit il ?les résidents secondaires sont quoi pour lui ? Du vent ? Et tout ce qu ils apportent à l île ,du vent aussi ? Impôts locaux ,consommation ,travail des artisans etc etc.sans eux que serait l île ? Mr Massicot aurait dû entendre leur sentiment d injustice ,leur peine de se voir ainsi traités après bien des années de vie même sporadique dans l île avec leur famille qui s 'agrandit des enfants et petits enfants .Mr Massicot veut faire de l île une prison pour ceux qui ne peuvent pas financièrement payer chaque passage .il y a certainement d autres solutions que de punir les résidents secondaires
Faire des économies intelligentes par exemple .
Que font les régions sans forte attractivité touristique pour se développer et survivre, comme le Limousin par exemple ,des bouseux disent élégamment des bordelais !!! Installer un péage pour tous ceux qui traversent?
Que Mr Massicot s attaque maintenant
À ce défi faire intelligemment un développement écologique et des économies dans sa gestion au lieu de de se montrer lamentable dans sa réponse à Mr Bussereau qui a vu venir un désaveu majoritaire .
Quand je n ai pas un budget suffisant je réduis mes dépenses, d abord sur tous les gaspillages que je détecte .Mr Massicot imagine de reporter ses incapacités sur les contribuables contraints .si l île se vide ils feront quoi les oléronais qui le soutiennent .et leurs enfants adultes habitant ailleurs en France ils auraient payer pour venir voir leurs parents ?ils ont pensé à ça Ceux qui le soutiennent? .Mais peut être avait il imaginé faire une entorse pour eux !!!!!!
Charlot - le 13/12/2017 à 18:53
Étonnant ce soudain retrait .
Cette mascarade ne serait elle pas tout simplement anticonstitutionnelle.
Erbes jean-Marc - le 16/12/2017 à 17:35
Bravo M. Massicot pour votre réponse. Pour protéger l'île d'Oléron dont les côtes sont attaquées il faut beaucoup d'argent et tous ceux qui y viennent profitent de ces belles plages aussi peuvent-ils faire un petit effort lors de leur passage. Il n'y a pas de raison que l'île d'oléron ne puisse bénéficier de l'Ecotaxe alors que toutes les îles du Ponant en bénéficient
Delabre - le 02/01/2018 à 19:05
Je trouve que c'est ennuyeux de ne pas raisonner à taxer l'usage des biens tel qu'on le fait souvent (autoroute, electricité, etc).
Si on veut donner la liberté à chacun de profiter de notre belle ile, il faut aussi donner à certains la liberté de payer pour son avenir. Les habitants et les propriétaires non résidents payent des taxes pour y vivre et/ou y séjourner pourquoi ne pas faire participer les visiteurs occasionnels(francais et les étrangers) au maintien de l'ile et à sa protection.
L'ecotaxe de l'ile serait aussi une manne financière intéressante pour financer les projets "verts" tels que les pistes cyclables par exemple en plus des raisons initiales;
Proteger le littoral, la foret et l'eco-systeme Oléronnais qui fait son succès.
Enfin, il est vrai que les autres iles ont réussit à en profiter, pourquoi y voir une menace?

Thierry - le 13/05/2018 à 21:18
A tous les résidents secondaires qui pleurent alors qu'ils sont des privilégiés,
le taux moyens d'occupation des résidences secondaires est de 12% en France. Avec un tel taux n'importe quel hôtel ferait faillite. Il est donc très malvenu de se plaindre quand on peut acheter et entretenir une maison vide en comparaison avec le niveau de vie moyen des résidents. Personnellement je me suis installé sur l'ile, et je fais partie de ce qu'on appelle les CSP+. J'ai donc la pudeur de ne pas me plaindre quand je vois le niveau de vie des gens qui m'entourent. Je suis pour l'écotaxe et serais même prêt à payer les 90 euros prévus pour les non résidents. Sinon si vous ne voulez pas payer, c'est simple, devenez résidents ;)
chantalou - le 16/05/2018 à 10:44
une ecotaxe oui mais pas aussi chere !!! je de meure a l annee sur l ile mes enfants petits enfants et arriere petits enfants sont sur bordeaux il va leur falloir payer pour venir nous voir et pour entretenir aussi notre propriete 10 eu c est trop!!! j aurai honte de leur laisser payer cette somme je leur rembourserai car en plus ils doivent payer l essence et l autoroute finalement c est nous qui seront penalises moi je me rejouis de voir autant de monde sur l ile l ete développez les pistes cyclables avant qu il y ai de graves accidents surtout aux huttes sur la commune de st denis ou se trouve 7 ilots de vacanciers sur peux de kms la route n est meme pas balisee au sol en plein virage les autos doublent les velos !!!! la route de chaucre aux huttes qui traverse la foret est pleine de trous partout !!! c est une cata !!!! que fait la commune de saint georges ?
+ ajouter un commentaire

optionel, pour être averti de la publication

 
 

Boutique
18.15 € L'île d'Oléron vue d'en haut

Commander

Le produit a été ajouté au panier

Voir mon panier


Rendez-vous