Courrier des lecteurs - N°137 - Novembre/Décembre 2015

Extinction des feux

De Jean-Francois Blanchet [Niort], propriétaire à Saint-Georges

«En France il y a, selon l’Ademe, 11 millions de points lumineux dont la consommation correspond à la production d’une centrale nucléaire. Le nombre de ces points lumineux a en 15 ans augmenté de près de 30 %. Le contrôle de la consommation énergétique est devenu un impératif. C’est pourquoi dans le cadre de l’appel à projets du ministère de l’Environnement et du Développement durable, “Territoires à énergie positive”, Pascal Massicot, président de la communauté de communes de l’île d’Oléron, a présenté les actions menées ou prévues sur l’île en faveur de la transition énergétique. En tant que militant de l’association nationale pour la protection du ciel et de l’environnement nocturnes, j’ai réalisé un sondage auprès des huit mairies de l’île.  Voici les réponses des maires ou de leur représentant.

Le Château, maire Michel Parent : «La municipalité n’est pas favorable à l’extinction des lumières.»

Saint-Trojan, maire Pascal Massicot  : «La commune procède, depuis octobre 2014, à l’extinction de l’éclairage public, de 1h à 6h, sur l’ensemble du territoire communal.»

Grand-Village,  maire Patrice Robillard : «Après une étude, un sondage communal et un dossier Ademe, nous sommes sur le chemin de l’extinction nocturne sur la quasi-totalité de la commune de 23h à 6 h. En septembre les horloges astronomiques devraient être installées et la coupure nocturne devrait débuter en octobre. Seul le centre-ville resterait éclairé dans un premier temps ainsi qu’un virage dangereux difficile à signaler en réfléchissement et peut-être les grands ronds-points.»

Dolus, maire Grégory Gendre : «L’électricité est coupée en juillet, août et septembre à 1h et n’est pas rallumée le matin. De octobre à juin, coupure de minuit à 6h.»

Saint-Pierre, maire Christophe Sueur : «La municipalité n’a pas pour le moment procédé  à l’extinction de l’éclairage public de son bourg et de ses villages. Cette question va être réfléchie prochainement au sein du bureau municipal. Tout notre parc d’éclairage est piloté par horloges astronomiques et par variateurs de tension permettant d’abaisser progressivement l’intensité lumineuse selon l’heure.»

Saint-Georges, maire Eric Proust : aucune réponse

La Brée, maire Chantal Blanchard : «Une extinction de l’éclairage public est prévue sur notre commune dont les dates et les horaires seront diffusés dès qu’ils seront décidés. L’extension géographique de ces extinctions s’étendra sur toute la commune.»

Saint-Denis, maire Jean-Michel Massé : aucune réponse, cependant extraits d’un article du Journal des Propriétaires. «La commune a fait réaliser une étude par le CRER. Après l’état des lieux qui portait sur 956 points lumineux, la commune prévoit de réduire sa consommation annuelle, ceci avec l’utilisation d’horloges astronomiques et en remplaçant des lampadaires du type boule…L’éclairage serait éteint l’été de 1h au matin et l’hiver de minuit à 6h. Par contre, le centre bourg et le port ne sont pas concernés… Nouveau dispositif mis en œuvre après la saison 2015. Economies prévues 50 % sur la facture finale.»

Le processus de réduction de la consommation énergétique est globalement engagé sur l’île d’Oléron. Le GIEC (groupement d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) a recommandé un réchauffement moyen de la terre inférieur à 2 °C à la fin du siècle afin de diminuer la fréquence des “anomalies” climatiques. D’ores et déjà ces préconisations risquent d’être dépassées dès 2050. En plus du non-respect  de la réglementation décrite par l’arrêté du 25 janvier 2013 relatif à l’éclairage nocturne des bâtiments non résidentiels afin de limiter les nuisances lumineuses et les consommations d’énergie, les multiples éclairages inutiles de la commune de Saint- Georges,  loin d’être en diminution, sont en constante progression. Les enjeux de l’éclairage public du xxie siècle sont ignorés au Château et à Saint-Georges.»

 
Commentaires des internautes
Il n'y a pas de commentaire.
+ ajouter un commentaire

optionel, pour être averti de la publication

 

Boutique
6 € N°144
Janvier/Février 2017

Commander

Le produit a été ajouté au panier

Voir mon panier


Rendez-vous