Sommaire du journal N°137 - Novembre/Décembre 2015

Chers lecteurs,

 

L’île d’Oléron, d’ordinaire si calme, vit à l’heure des drames en cette fin d’année. Le procès à La Rochelle, il y a près d’un mois, des responsables de la mort des jumeaux Nathan et Quentin a ravivé l’émotion qu’avait suscitée l’accident mortel dont les deux garçons avaient été victimes au cœur de l’été 2011. Les peines prononcées ont été jugées trop légères par les parents et les proches. Le parquet a fait appel. Il y aura donc un nouveau procès.

On a bien affaire à un crime dans la disparition de Lysiane Fraigne. Là encore, l’émotion est vive dans l’île où la victime était très connue.

 

A moins d’un mois de la COP21 dont l’objectif est de réduire partout dans le monde le réchauffement climatique en deçà de deux degrés, on assiste à une prise de conscience sur la nécessité de diminuer les dépenses d’énergie. Cela commence souvent par des observations de bon sens : l’éclairage public dans les communes, par exemple, coûte cher sans correspondre à une véritable nécessité. Sans parler d’économies substantielles, la sécurité n’en souffrira pas puisque la gendarmerie nous assure que 80 % des vols dans les résidences ont lieu le jour et non la nuit. On ne peut que se féliciter de la décisionn des maires de l’île de supprimer, ou réduire, l’éclairage public dans leurs communes entre 23 heures et 6 heures du matin.

On retrouvera vite l’usage de la lampe électrique quand on se déplacera la nuit pour rendre visite à des voisins, comme autrefois...

 

Difficile de prévoir l’avenir des nouvelles régions, pour lesquelles nous allons voter les 6 et 13 décembre prochains, dans cette réforme territoriale engagée à la hussarde et destinée à faire des économies. C’est pour l’instant un bazar monstre et nombre d’incertitudes. Les fonctionnaires des administrations publiques ne savent pas encore où ils seront demain et s’ils seront soumis à la mobilité dans une région qui compte environ 530 km du nord au sud entre Châtellerault et Oloron-Sainte-Marie, et environ 330 km d’est en ouest entre Aubusson et l’île d’Oléron. Quant aux personnels des trois régions Aquitaine, Limousin, Poitou-Charentes, leurs salaires sont différents et les syndicats espèrent bien les harmoniser par le haut sur la région Poitou-Charentes qui, grâce à un coup de pouce de Ségolène Royal en 2007, sont mieux payés que les autres.

Quant aux conseillers régionaux, dont il avait été question de diminuer le nombre, ils seront 183, l’addition de ceux des trois régions...

Leur rémunération sera de 2 661 euros brut par mois mais il faudra bien prévoir les indemnités de déplacement dans cette nouvelle région de 84 000 km2, qui représente le huitième de la France.

Bref, pour l’instant, c’est un véritable casse-tête et au lieu d’économies, il y a des dépenses supplémentaires.

Au fait quel sera le nom de la nouvelle région ? Les futurs élus en débattront en janvier : ils hésitent entre «Grande Aquitaine» ou «Nouvelle Aquitaine». Mieux sans doute que APOIL (Aquitaine, Poitou-Charentes, Limousin) que des plaisantins avaient mis en avant !

 

Claude Fouchier

 

Dernière minute

Ile d'Oléron

Château-d'Oléron

Saint-Trojan-les-Bains

Grand-Village

Dolus-d'Oléron

Saint-Pierre-d'Oléron

Saint-Georges-d'Oléron

La Brée-les-Bains

Saint-Denis-d'Oléron

Histoire

Livres

Accédez aux autres sommaires
Année : Numéro :


Courrier des lecteurs
Réponse des responsables du théâtre d’Ardoise à la présidente de la SPPIO, suite à l’article du Journal des propriétaires n° 130 de septembre/octobre 2014

Boutique
16.15 € Les Aravis vus d'en haut

Commander

Le produit a été ajouté au panier

Voir mon panier


Rendez-vous