Courrier des lecteurs - N°131 - Novembre/Décembre 2014

Les planchers d’accès aux plages

M. Jean-François Hays, propriétaire à Matha, nous a envoyé un courrier adressé au maire de Saint-Pierre, Christophe Sueur.

«Je suis résident secondaire à Matha depuis 30 ans et passe au moins six mois de l’année à Oléron. Nous allons, d’avril à octobre, à la plage de Matha qui est une plage familiale fréquentée, en dehors de juillet et août, par des personnes âgées du pays, des familles avec enfants en bas âge et des résidents secondaires retraités comme nous. En un mot, des personnes susceptibles d’avoir des problèmes de mobilité. Tous les ans, c’est le même scénario, les planchers d’accès sont installés la dernière semaine de juin et retirés dés la première semaine de septembre. L’accès à la plage devient un exploit pour les personnes bien portantes et quasi impossibles pour une personne âgée ou handicapée. Tout porte à croire qu’il n’y a de la considération que pour les vacanciers de juillet et août. Ceux que vous appelez «les baignes à sous».

En tant que résident secondaire présent six mois de l’année, je crois que nous participons largement à la vie économique de l’île et payons sans problèmes nos impôts locaux. Je pense que garder les planchers, au moins en juin et septembre n’engendrerait pas des dépenses exagérées et insurmontables. Envisagez-vous une action auprès des services des eaux et forêts chargés de la mise en place pour l’année 2015 ?»

 
Commentaires des internautes
BERTRAND - le 18/12/2014 à 19:16
Monsieur le Président de la Communauté de Communes de l'Ile d'Oléron: maintenez la la gratuité du pont d'Oléron
Le 17 décembre prochain les élus de la communauté de communes de l’Ile d’Oléron s’apprêtent à voter une délibération pour demander au Conseil Général la mise en place d’un péage sur le pont alors que celui-ci est gratuit depuis 22 ans.

Le montant de ce péage serait pour les véhicules à moteur de 12 € en été, de 6 € hors période estivale, de 35 € et 28 € pour les camions de plus de 2 essieux, de 2 € pour les motos. Les résidents permanents en seraient exemptés, les résidents secondaires paieraient 2 € par passage ou 70 € à l’année.

Pourquoi être contre ce péage :

Parce que l’activité touristique qui représente directement ou indirectement, au moins 80% de l’activité économique sera fortement impactée. Et cet impact rejaillira sur toute l’économie touristique de la région, en effet certains choisissent cette région pour les plages et les estrans d’Oléron, s’ils doivent payer à chaque passage, ils iront probablement ailleurs.

Parce que dans de nombreux domaines, il existe des échanges permanents entre les habitants de l’Ile et ceux du Bassin de Marennes, citons : les entreprises artisanales et commerciales, la santé, les associations (sportives et culturelles)…

Parce que de nombreux jeunes vivent sur le continent ou le logement est plus abordable et travaillent sur l’Ile.

Parce que les enfants, les parents et les amis des oléronais devront payer pour leur rendre visite.

Parce qu’il crée une discrimination par l’argent. Les pauvres dehors !

Parce qu’il viole deux principes fondamentaux de la constitution de la République: la libre circulation et l’égalité de tous devant l’impôt.

Dans ses motivations le président de la CDC évoque la baisse des dotations de l’Etat aux collectivités locales, mais toutes sont concernées, la solution à ce problème serait donc le rétablissement d’un droit de passage à l’entrée de chaque commune, cela a déjà existé, cela s’appelait l’octroi et ce fut une des causes de la Révolution de 1789.

Signez et faites signer cette pétition, le temps presse mais nous pouvons gagner.

Association pour la Gratuité du Pont d’Oléron
JPF - le 19/12/2014 à 14:58
Bonjour à ces messieurs les grands penseurs ou encore les grands "ré fléchisseurs" pourquoi discriminer les résidents/propriétaires secondaires (pour ma part 6 mois par an sur l'ile) des résidents permanents ??? à ma connaissance nous sommes assujettis aux mêmes taxes et impôts, à savoir impôts fonciers, taxe d'habitation, enlèvement et traitement des déchets, de l'eau...taxes et impôts auxquels je ne me suis jamais soustrait jusqu'à présent !!! y a t-il deux poids deux mesures, délit de sale gueule??? merci de votre réponse.
Anne Marie - le 20/12/2014 à 10:55
Péage pour le viaduc :
Résident à l'année, je ne suis pas touchée par cette mesure. Cependant, lorsque mes enfants viennent me voir, ils devront payer cette taxe (ou impôt). Beaucoup de résidents allongent leur retraite avec une location saisonnière. Cette mesure risque de faire fuir cette source de revenus bien utile aux personnes âgées. J'aimerais voir le bilan prévisionnel de cette taxe (construction d'un poste de péage, salaire des employés, entretien du local etc...) .Qui va payer? Le conseil régional? Le département ? La communauté de communes ? Combien de mois, d'année faudra-t-il pour amortir ces travaux ? Pendant ce temps, les recettes seront partagées entre la communauté de communes, le conseil général ou régional et le département. Que nous restera-t-il pour consolider nos côtes?
D'autre part, les emplois étant rares sur l'île, est-il prévu de donner la priorité aux entreprises et aux demandeurs d'emploi de l'île?
Qu'est ce qui est prévu pour les salariés qui n'ont pas les moyens d'habiter sur Oléron, les loyers étant trop chers pour eux?.
Pourquoi cette décision si rapide alors que cet été encore il y avait plus de gens contre que pour? Bien sûr, il y a les gens des départements voisins qui ne viennent que , pour la journée, ne dépensent rien sur l'île et nous laissent leurs déchets après avoir pillé nos plage ou être repartis avec des cageots de champignons. Mais ne faisons pas fuir ceux qui viennent en vacance avec leurs enfants. Eux font vivre l'île qui n'a plus que cette ressource. Les horodateurs de Grand-Village ont déjà assez fait parler d'eux dans la France entière. Faut-il encore donner une mauvaise réputation à notre île? Nous ne sommes pas, heureusement, sur l'île de Ré. Les moyens financiers de nos résidents et de nos touristes ne sont pas les mêmes. Pour une famille, 12e de péage, c'est un tee-shirt de la Cotinière en moins ou une visite du phare. Ne tuons pas la poule aux œufs d'or.
Battons-nous pour avoir, comme à Ré, un hôpital. Nous sommes plus nombreux et n'avons pas La Rochelle à notre porte. Battons-nous pour que nos côtes soient renforcées. L'état a apporté plus de soutient à Ré qu'à Oléron. Doit-on, pour être considéré, avoir quelques personnes du showbiz ou de la politique? Est-ce cela Liberté, EGALITE, FRATERNITE ?
Anne Marie - le 20/12/2014 à 11:10
Dans mes réflexions sur un péage pour entrer dans l'île, j'ai oublié de parler des files d'attente que ce péage promet, comme si, en pleine saison, ce n'était pas déjà un problème qui décourage les estivants et la famille.
Je n'ai pas abordé non plus les problèmes de circulation qui seront posés par l'envoi de la collecte des déchets à Echillais. Qu'en est-il des recommandations sur l'économie des énergies fossiles? Du temps passé en transport par nos éboueurs? il va falloir embauché du personnel supplémentaire, ce qui va avoir un coût. Espérons que ces personnes seront recrutées sur l'île.
Alain - le 21/12/2014 à 19:39
Mesdames et Messieurs les décideurs.

Je suis depuis bientôt 40 ans un "baigne à sous" chaque année. J'ai connu l'ile avec le péage dans les années 1970, le marché de Domino plein de vacanciers ... Depuis 10 ans de moins en moins de vacanciers l'été, des petits marchés qui se meurent .. Remettez donc le péage vous participerez à une île morte !! J'espère que les artisans, commerçants, producteurs sont conscients du risque engendré même si ?? un péage de 12 euros n'est pas une dépense insurmontable mais pensez à l'effet psychologique
ALLARD - le 28/12/2014 à 19:57
Continuez, vous allez faire fuir une grosse partie de ce ceux qui vous font vivre. Entre le radar Tronçon sur le pont, les Parkings payants, l' augmentation des prix en période estivale, le manque de sympathie des autochtones l'été. Nous ne sommes pas des vaches a lait !

Nous payons nos impôts comme tout les iliens, y compris pour les ordures, alors que nous n' avons pas de ramasse, ni de poubelles jaunes...

Je suis aussi depuis 40 ans "un baigne a sous". J'aime cet ile, un peu moins le comportements de certains.

Un dyonisien en colère !
fred - le 03/01/2015 à 17:14
Evidemment, pour ce qui est du tourisme "pendulaire", c'est-à-dire à la journée, on ne peut que se réjouir en tant que résident permanent sur l'île, de la réapparition du pont payant. En effet, ce type de tourisme en voiture, accumule les soucis d'accès aux plages du sud de l'île, abîme des routes pas faites pour autant de trafic, apporte des déchets sauvages sans consommer suffisamment sur place pour constituer un tourisme interessant. De plus, le pont est encombré régulièrement les week-ends pendant six mois de l'année au point que les insulaires sont maintenant obligés d'anticiper fortement leurs allées et venues du fait de ces embouteillages (notamment pour amener des grands enfants étudiants prendre le train le dimanche soir par exemple). Mais pourquoi faire payer les résidents secondaires qui participent déjà à tous les impôts et charges? Ceci constitue une discrimination et les personnes en question pourraient attaquer les responsables de cet état de fait et gagner au tribunal. Donc oui au péage mais uniquement pour les personnes étrangères à ce territoire car l'invasion de véhicules est devenue telle que des petites communes comme les notres ne peuvent plus supporter correctement l'entretien qui découle de ce flux. Ou alors il faudrait que tout un chacun gare sa voiture à l'entrée et ne cicule plus qu'en bus ou vélo ou autre mais ceci nous conduirait à prévoir beaucoup d'aménagements couteux pour six mois de l'année au grand maximum. Difficile question !!
lebert - le 07/01/2015 à 16:57
Résidences secondaires = impots fonciers. et nous devrons payer un péage .. qui fait vivre le commerce..??? voir déjà la réfection des routes ex st pierre à Foulerot St georges. une entrée plage à Foulerot (aucune personne agée ne peut accéder seule ) merci
JBH - le 17/01/2015 à 19:35
La mise en place d'une éco-taxe me semble être une mesure de bon sens pour atténuer le problème d'une circulation ingérable en été. On ne va pas pouvoir continuer comme cela longtemps et je tombe de ma chaise en lisant les arguments de ceux qui pensent que cela fera fuir les touristes : il y a de la marge!
En tant que résident secondaire je suis comme beaucoup surpris de lire qu'il y aura un traitement différent des résidents principaux alors que nous payons déjà les mêmes impôts et sommes également concernés par des passages fréquents sur le pont.
Enfin je pense que cela peut être une chance pour l'économie locale puisque les entreprises îlaises gagneront de fait et sans rien faire en compétitivité sur leurs concurrents continentaux.
L'autoroute est payante, est ce choquant qu'un pont le soit également?
Dominique M. - le 15/03/2016 à 09:32
Je fais parti des propriétaires" secondaires"à La Brée fortement inquiet par l'érosion des côtes de l'île d'Oléron. Je demande à juste titre que des travaux de protection se fassent aux endroits les plus vulnérables pour nos habitations.
Après avoir dit cela ,je me pose bien sûr la question, et cela me semble normal,"comment va t'on financer cela".Je reprends ensuite les discussions qui sont actuellement en cours par nos élus et je me dis, que vu le coût important engendré par ce problème, nos élus se demandent si un péage du pont ne serait pas nécessaire pour participer au financement.
Pour moi la réponse est "oui", mais avec beaucoup de prudence dans son affectation. Qui doit payer ?
Attention à ne pas nuire à l'économie de l'île d'Oléron. Donc je pense qu'instaurer un péage pour toutes personnes ne résidant pas à l'année sur l'île (modulé pour les résidences secondaires et les entreprises extérieures qui participent, elles aussi, à la prospérité de notre île) serait au plus juste.
Les coûts pour la mise en place de ce péage doivent être le moins élevés possibles (utilisons les moyens modernes de "télépéage"et autres). Les touristes viendront, notre île à suffisamment d'"atouts ".Nous entendons de nombreux visiteurs dire qu'ils trouvent sur l'île d'Oléron une qualité de vacances particulièrement agréable, différente de l'île de Ré. Faisons en sorte que ces propos soit encore améliorés.
Le débat est lancé, faisons en sorte que les décisions prises par nos représentants, au final, aillent pour un bel avenir de notre "île d'Oléron", île lumineuse, que nous aimons.
+ ajouter un commentaire

optionel, pour être averti de la publication

 

Boutique
6 € N°148
Septembre/Octobre 2017

Commander

Le produit a été ajouté au panier

Voir mon panier


Rendez-vous