Livres - N°121 - Mars/Avril 2013

Migrants et immigrés en Poitou-Charentes d'hier à aujourd'hui

 

On estime que la population d'immigrés en France représente un tiers de la population totale si l'on remonte juqu'aux arrière grands-parents. Il suffit d'ailleurs de consulter un annuaire téléphonique pour s'apercevoir de l'importance du nombre de noms à consonnance étrangère. Mais derrière ces chiffres et ce constat, comment ces immigrés ont-ils vécu leur arrivée et leur intégration dans notre pays et dans notre région ? 

C'est le but de cet ouvrage passionnant. François Julien-Labruyère, l'éditeur du Croît Vif, a réuni 34 auteurs, historiens, sociologues, ethnologues, praticiens du milieu associatif, tous concernés par l'immigration soit à titre personnel soit par leurs études universitaires, ou encore par leur présence sur le terrrain. Le résultat est un pavé de 618 pages divisé en cinq grandes parties largement illustrées par des photos d'époque et ainsi résumé par l'éditeur :

«Le migrant est celui qui, vaille que vaille, cherche a réussir sa migration. A l’inverse, l’immigré est celui qui s’introduit indûment dans un territoire qui n’est pas le sien.

 Le migrant migre, l’immigré s’immisce, le migrant est positif dans son propre vécu, l’immigré négatif dans le regard des autres.
C'est pourtant le même personnage qui condense en lui les deux faces d’un phénomène dont il est à la fois l’objet, souvent stigmatisé, et le sujet, fier de sa destinée.

Avant-hier avec les Vendéens ou les Landoux, hier avec les Espagnols ou les Italiens, aujourd’hui avec l’arrivée des Marocains, des Portugais, des Algériens, des Turcs ou des Africains, que leur migration tire leur origine de raisons politiques ou militaires, du manque de travail ou de la pauvreté, qu’ils soient hommes ou femmes, première ou seconde génération, qu’ils’installent en milieu rural ou dans des cités parfois fragiles, lesmigrants-immigrés connaissent tous un parcours similaire, fait de difficultés d’adaptation, d’efforts à les surmonter, puis dans une majorité des cas de véritable intégration à leur société d’accuei. Cela prenait deux trois générations, cela s’accélère aujourd’hui, quelle que soit la culture d’origine du migrant et quel que soit son lieu d’installation.

Les nombreux tmoignages familiaux qui illustrent les études historiques et sociologiques de ce livre lui apportent une rare dimension bumaine. Ils permettent au final de porter un regard serein sur le phénomène des migrations, commun au monde entier et devenu partout un des marqueurs les plus sensibles de notre temps. 

Avec cette conclusion simple et pourtant occultée par les pratiques françaises actuelles : affaire de quotidien et de
voisinage, loin de toutes les idéologies, l’attachement local est le meilleur facteur d’une intégration accomplie.»

 

Migrants et Immigrés en Poitou-Charentes d'hier à aujourd'hui

Le Croît Vif, 618 pages, 35 €


 

Le post-scriptum oléronais

L'ouvrage était fini et prêt à être imprimé quand François Julien-Labruyère a rencontré fortuitement sur l'île d'Oléron le patron des Flots Bleus, restaurant bien connu du Château-d'Oléron, Alberto Cavicchi, que tout le monde ici, dit-il, appelle  Tato.

Né à Ravenne, en Italie, en 1951, ses parents immigrent en 1955. Le père, qui est artiste peintre amateur, s'installe comme plâtrier-carreleur et sa mère comme femme de ménage chez un des instituteurs du Château. 

 

 

Commentaires des internautes
Il n'y a pas de commentaire.
+ ajouter un commentaire

optionel, pour être averti de la publication

 



Boutique
6 € N°144
Janvier/Février 2017

Commander

Le produit a été ajouté au panier

Voir mon panier


Rendez-vous