Livres - N°137 - Novembre/Décembre 2015

Livres

Phares

Les phares sont des édifices qui fascinent. Parce qu’ils font le lien entre les gens de terre et les gens de mer. Parce qu’ils évoquent des aventures héroïques ou tragiques. Parce qu’ils inspirent les écrivains, peintres ou encore cinéastes. Et parce que leurs habitants y vivaient hors du temps et de la civilisation, entre enfer et paradis.

Ce beau livre, abondamment illustré, raconte ces histoires, depuis le mythe du phare d’Alexandrie jusqu’au départ du dernier gardien de Cordouan en 2012.

Dans ces récits, le phare de Chassiron est souvent cité. L’auteur explique que ce sont les plans du phare de Goulphar (Belle-Ile) qui ont été pris pour modèle lors de la construction de celui de Chassiron (46,20 m de haut) et de celui de l’île de Batz (Finistère) en 1836. Les moellons blanchis du phare oléronais ont été peints de rayures noires bien plus tard, en 1926, afin de le différencier de celui des Baleines sur l’île de Ré, plus au nord. On y apprend aussi que Chassiron, en 1895, est le premier des grands phares français à être équipé d’une flamme alimentée par du gaz, apportant meilleures visibilité et stabilité.

Cordouan, le «phare des rois et roi des phares» a droit, avec quelques autres, à un chapitre dédié. Il a été le premier phare classé au titre des monuments historiques. Son histoire remonte à 1360 quand un premier phare a été érigé à l’emplacement actuel. Les premiers étages du bâtiment que nous connaissons datent de 1595 et la tour de 1790. Il est, au début, le feu à éclats le plus puissant du monde. L’auteur précise ensuite : «En 1859, Cordouan est le premier phare français équipé de secteurs colorés, blancs et rouges. Il sera le dernier habité par des gardiens jusqu’au 29 juin 2012.»

Seul phare français en mer ouvert au public (au départ de Royan, Meschers ou du Verdon), on peut visiter, entre autres, la chapelle d’origine, pavée de marbre gris et noir et magnifiquement décorée.

Une carte illustrée de tous les phares du littoral français, de la Somme à la Côte d’Azur conclut cet ouvrage de référence.

En fin d’ouvrage, quatre tirés à part représentent les phares de Cordouan, Granville (Manche), Pierres-Noires (Finistère) et Lavezzi (Corse).

Histoire(s) de phares, de Marie-Haude Arzur et Jean-Benoît Héron, éd. Glénat, 160 pages, 35 €

 

 

Champignons

Champignons de l’île d’Oléron, au fil des saisons est le premier livre d’une collection sur la faune, la flore et les milieux naturels de l’île éditée par la Communauté de communes de l’île d’Oléron. Les auteurs, Guy Dupuy, mycologue oléronais, et Jacques Guinberteau, photographe, chercheur à l’unité de recherche sur les champignons de l’INRA, proposent de mieux connaître l’univers des champignons ou de les découvrir au fil des saisons, reconnaître les comestibles, se méfier des toxiques et préserver la biodiversité. Le format permet d’avoir l’ouvrage en référence lors des balades, explorations ou récoltes.

Champignons de l’île d’Oléron, au fil des saisons, de Guy Dupuy et Jacques Guinberteau, éd. Communauté de communes de l’île d’Oléron, 9,90 €, diffusion auprès du Local (à l’Eldorado à Saint-Pierre) et des librairies et presses oléronaises.

 

 

Cartes postales

Fernand Braun est un talentueux et prolifique photographe du début du xxe siècle. Arrivé à Royan en 1895, il saisit le dynamisme du littoral atlantique et édite des cartes postales sur la vie, le patrimoine et les paysages de Charente et de Charente-Inférieure. Jusqu’en 1920, il produit un catalogue unique de près de 4 000 vues. Le photographe se consacre aussi dans les représentations du premier conflit mondial en photographiant les conséquences de la guerre dans les Charentes. Benjamin Caillaud analyse ces cartes postales en tant qu’historien. «Avec près de 600 clichés reproduits, cet ouvrage dévoile la sensibilité et l’intelligence créatrice de Fernand Braun tout en questionnant l’identité contemporaine des deux Charentes : attractivité du littoral, importance du tourisme et du patrimoine, progrès social…», nous dit l’auteur.

Fernand Braun, photographe des Charentes, de Benjamin Caillaud, éd. Presses universitaires de Rennes, 36 €

 
Commentaires des internautes
Il n'y a pas de commentaire.
+ ajouter un commentaire

optionel, pour être averti de la publication

 

Boutique
18.15 € L'île d'Oléron vue d'en haut

Commander

Le produit a été ajouté au panier

Voir mon panier


Rendez-vous