Nature - N°139 - Mars/Avril 2016

Le tamaris, un arbuste bien adapté

Omniprésent dans nos paysages, le tamaris est souvent aussi appelé «tamarin» en saintongeais. On le trouve aussi bien sur les dunes que dans les jardins, mais c’est dans le marais qu’on le rencontre le plus souvent. En haies ou en plants isolés, cet arbuste structure vraiment le paysage. Son principal trait de caractère ? Il est très résistant. 

Le tamaris est un arbuste plein de ressources. Très solide, il résiste assez bien aux sols salés et aux embruns, ainsi qu’aux fortes chaleurs : ses feuilles sont toutes petites, transformées en écailles, ce qui permet de limiter l’évaporation. Il ne craint pas le vent même si, à force de tempêtes, il peut prendre une forme bien tortueuse. Chaque pied adulte est donc unique. 

A la faune locale et domestique, les grands tamaris procurent une ombre appréciée. Dans les zones ouvertes comme le marais, ils sont des perchoirs intéressants pour les oiseaux, de jour comme de nuit : les pies, faucons crécerelles, aigrettes, hiboux moyens-ducs et chouettes chevêches s’y réfugient très souvent. Son adaptation aux milieux salés le met à peu près à l’abri des concurrences. Cependant, depuis quelques décennies, le Baccharis (séneçon en arbre), importé de l’Est des Etats-Unis et également résistant au sel, prend de plus en plus de place dans nos marais. Classé comme espèce exotique envahissante (EEE), le Baccharis a fait l’objet d’un inventaire sur Oléron (communauté de communes et CPIE), et des arrachages ont débuté. L’époque est à la reconquête des écosystèmes locaux.

Le tamaris est apprécié des jardiniers patients : notre plante prend son temps pour pousser… Mais c’est un avantage : il ne nécessite que peu d’entretien, et pratiquement jamais de tournée en déchèterie. Ses fleurs roses paraissent en fin de printemps, et attirent tout un cortège de papillons et d’insectes à découvrir. Les pépiniéristes proposent diverses variétés : exigez la souche locale. Enfin, vous n’échapperez pas à son nom scientifique : Tamarix gallica, simplement traductible par  le tamaris de France.

Pour en savoir plus :

Sur Tela Botanica : www.tela-botanica.org/bdtfx-nn-66702-synthese

Livre très complet sur les plantes : Flore forestière française (en 3 tomes dont le tome 3 est consacré à la flore méditerranéenne). Par J.-C. Rameau et collaborateurs, Institut national pour le développement forestier—CNPPF


Le saviez-vous ?

Riche en composés antioxydants et antibactériens, le tamaris possède des vertus médicinales. Ses bourgeons sont notamment recommandés pour soigner l’anémie. Son écorce et ses feuilles ont des propriétés diurétiques, sudorifiques, astringentes, et même, selon certains, apéritives. Commun en Egypte, au Sinaï, cet arbuste est cité dans diverses écritures anciennes, dont la Bible.

 

Cette fiche est réalisée par CPIE Marennes-Oléron 

05 46 47 61 85 - 111 route du Douhet 17840 La Brée-les-Bains - www.iodde.org

Avec le soutien de naturalistes de Marennes-Oléron

Commentaires des internautes
Il n'y a pas de commentaire.
+ ajouter un commentaire

optionel, pour être averti de la publication

 

Boutique
7.90 € L'île d'Aix vue d'en haut

Commander

Le produit a été ajouté au panier

Voir mon panier


Rendez-vous